Trans’Henson 2021 : rêver d’un monde d’harmonie…

Par Florent | Commentaires:0 | 13 novembre 2021

Trans’Henson 2021 : rêver d’un monde d’harmonie…

 

« Rêver d’un monde d’harmonie… Aller ensemble dans la même direction, au nom d’une vision partagée. Emmener le groupe dans l’unité, sans jamais, jamais… oublier la liberté, comme un feu sacré, ici symbolisée par le troupeau de jeunes chevaux conduit, tel un trésor de vie, vers ses nouveaux horizons… Aimer… »

 

Trans'Henson 2021 | Pointe de St-Quentin - © Agence Arcantide

 

Ce qui me fascine le plus dans la Trans’Henson, c’est l’interconnexion de tout et de tous….
Le mot n’est pas très beau… un peu trop technique. Il faudrait peut-être  le remplacer par communion…un peu trop religieux. Ou encore unisson, comme dans une symphonie ou un chant choral…

 

Mais c’est bien cela : tout est dans tout et chacun y a sa place, à la fois comme partie du tout et comme singularité. Et c’est pourquoi la Trans’Henson nous touche autant au plus profond de nous-mêmes.

 

Trans'Henson 2021 | Lever du jour - © Agence Arcantide

Trans’Henson 2021 | Lever du jour – © Agence Arcantide

 

Le temps sublime de ce dimanche 24 octobre 2021 ajoutait encore à ce sentiment d’harmonie dès le lever du jour.

 

Les préparatifs de chacun, attentif à ce que tout soit parfait. Les chevaux qui ressentent ces moments d’intensité, mais sont tout aussi concentrés pour la plupart. En attente….
Et puis, c’est la mise en mouvement… Les tours sur la grande carrière en herbe, pour les derniers réglages, la position dans la selle, la longueur des étriers, la main, aussi légère et attentive à la bouche du cheval que possible. Il nous reste tant à apprendre…

 

Trans'Henson 2021 | Préparation au départ - © Agence Arcantide

Trans’Henson 2021 | Préparation au départ – © Agence Arcantide

 

Le public est au rendez-vous sur la butte qui domine la grande plaine du Parc Ornithologique du Marquenterre, impressionnant par son adhésion à l’immense scène qui se déroule devant lui. Les allées et venues des cavaliers… Ces ondes qui parcourent les troupeaux… Jusqu’aux voix un peu étouffées par la pureté de l’air qui donne aux sons une sorte d’écrin ouaté, amortissant les aigus et les graves.

 

Trans'Henson 2021 | Le parc ornithologique du Marquenterre - © Agence Arcantide

Trans’Henson 2021 | Le parc ornithologique du Marquenterre – © Agence Arcantide

 

Le grand départ pour la Baie à 11 heures !  100 chevaux en liberté, 200 cavaliers qui s’écoulent comme les rapides d’une rivière vivante dans l’étroit passage qui les conduira dans quelques instants vers l’immensité retrouvée, celle du ciel bleu virant presqu’à la nuit à la verticale et celle de la mer. Elle, s’est retirée au large, ayant délaissé ses vagues grises pour des horizons de sable à perte de vue, ourlés de blanc sur le lointain.

 

Trans'Henson 2021 | Sur les plages de la Baie de Somme - © Agence Arcantide

Trans’Henson 2021 | Sur les plages de la Baie de Somme – © Agence Arcantide

 

Tout est dans tout… tout est alors interconnecté. Les possibles freins à l’arrière provoquent la tension à l’avant. Il faut un mouvement continu, ni trop lent, ni trop rapide pour emmener chaque être, humain ou équin, dans une dynamique où chacun influence le tout, tandis que le tout, comme un orchestre de trois cents musiciens, forme l’ensemble harmonique.

Harmonie… C’est bien de cela dont il s’agit… Il faut avoir vécu, au moins une fois, la Trans’Henson de l’intérieur, pour comprendre qu’il s’y passe alors quelque chose qui mène bien au delà de la simple conscience du moment présent : un vrai franchissement qui nous transcende tous. Un désir d’éternité.

 

Trans'Henson 2021 | Pointe de Saint-Quentin - © Agence Arcantide

Trans’Henson 2021 | Pointe de Saint-Quentin – © Agence Arcantide

 

Le passage dans la lagune est toujours un temps très fort et, cette fois-ci, il a dépassé nos attentes, avec ses eaux grises au milieu des joncs qui forment des ondes au cheminement des troupeaux. Le festival de couleurs, sur fond de brun et de beige, est au rendez-vous. Et l’odeur forte de la mer, mêlée à celle de la vase donne encore à ces instants une intensité qui nous entraîne bien au delà des rivages familiers. Loin, si loin, en quelque steppe maritime inconnue où nous sommes pourtant présents depuis toujours.

 

La montée silencieuse vers le blockhaus, qui lui fait suite après un temps de respiration au pied des dunes, est encore un moment essentiel que l’on voudrait retenir. Il ouvre sur des horizons marins encore plus larges. Quand on zoome, pourtant, on y reconnaît le visage de chacun au passage. Le sourire est là et la sensation d’appartenance à un monde encore plus grand y règne en maître.

 

Trans'Henson 2021 | Au pied du blockhaus - © Agence Arcantide

Trans’Henson 2021 | Au pied du blockhaus – © Agence Arcantide

 

Puis c’est l’entrée sous les frondaisons de pins qui forment des clairs-obscurs sur les robes isabelle. La légère buée qui monte des corps des chevaux vient rencontrer la lumière et prend des airs subtils qui ajoutent encore au festival des sensations fortes vécues depuis le petit matin. Les chevaux savent déjà, pour les plus anciens, que nous approchons de l’arrivée et il faut encore un temps de repos pour faire baisser la pression.

 

Et ça repart de nouveau… Le cortège se faufile entre les pins, les sabots résonnant sur la vieille voie en béton qui traverse tout le Domaine du Marquenterre au milieu des vallons couverts d’aiguilles de pins rousses. Il faut encore retenir les chevaux. Pas trop cependant, pour ne pas renforcer la pression. Tout est une question de mesure. Action… réaction.

 

Trans'Henson 2021 | La route en ciment du Domaine du marquenterre - © Agence Arcantide

Trans’Henson 2021 | La route en ciment du Domaine du marquenterre – © Agence Arcantide

 

Enfin, passé le dernier grand virage, les freins sont lâchés. Il reste encore quelques centaines de mètres à parcourir sous les vivats de la foule, joyeuse, bigarrée, composée pour la plupart de familles aux enfants aux yeux émerveillés.

 

Trans'Henson 2021 | L'arrivée - © Agence Arcantide

Trans’Henson 2021 | L’arrivée – © Agence Arcantide

 

Le bonheur s’est installé, encore une fois, en Baie de Somme, pour ce dimanche ensoleillé après les sombres dix-huit mois passés sous la menace de la pandémie. Tout le monde avait envie de retrouver la Baie de Somme en majesté, éternelle, avec ses chevaux de liberté et ses cavaliers intrépides. Ces moments d’intense émotion, authentiques et justes, étaient bien au rendez-vous, parcourant comme une onde magique les lieux, les gens, la vie,… la vraie vie.

 

Trans'Henson 2021 | L'arrivée à l'Espace Équestre Henson-Marquenterre - © Agence Arcantide

Trans’Henson 2021 | L’arrivée à l’Espace Équestre Henson-Marquenterre – © Agence Arcantide

 

facebook
twitter
googleplus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *